itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-arrivée

DE MADRID À LISBONNE AVEC DEUX KAYAKS GONFLABLES ITIWIT

“En une matinée lumineuse de fin d'été, un ami à Aranjuez (Espagne) me donna l'idée de faire du kayak le long du fleuve Tage de Madrid à Lisbonne.  Itiwit m'a beaucoup soutenu et a proposé à moi et mon vieil ami (se joignant à moi au Portugal) chacun un kayak gonflable 2 places. Ces derniers sont idéals pour embarquer sur un vol au départ du Royaume-Uni, et pour l'effort considérable de portage auquel je m'attendais pour naviguer sur le fleuve Tage et ses nombreux grands et petits barrages.   
itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-entraînement

#1 La nécessité d'une planification logistique

J'ai voyagé et habité à l'étranger mais en présence d'amis et de la famille. Ce voyage allait être ma première aventure-défi longue distance et le premier en solo. Dès le début, je savais que l'adversaire principal serait le soleil et j'ai planifié de prendre une pause de 11h00 à 19h00 afin d'éviter les plus grosses chaleurs. Il a été nécessaire de faire pas mal de planification logistique. Être sûr de connaître là où je devais obtenir plus de nourriture et d'eau, et pour combien de temps. Préparer les cartes des étapes pour que je connaisse le chemin compte tenu du manque de fiabilité du réseau téléphonique tout au long du parcours. Camper avec une tente est illégal dans la zone de l'Espagne que j'allais traverser. Alors je devais avoir une bâche pour dire que je faisais du bivouac si je devais malencontreusement me retrouver à m'expliquer devant les forces de l'ordre. J'ai effectué un entraînement physique de quelques demi-journées à pagayer sur la rivière Ouse qui traverse la ville de York (Royaume-Uni) afin de tester le kayak et m'assurer que j'étais en mesure de maintenir un bon rythme sur plusieurs heures. La phase de préparation m'a fait prendre conscience que l'on ne se prépare jamais assez, mais également que l'on ne peut pas planifier pour toutes les éventualités.  J'ai alors quitté mon bureau à York, au Royaume Uni, 8 mois plus tard, et je me suis retrouvé de retour à Aranjuez, prêt à faire mon premier jour complet de kayak. Ce matin, le Tage m'emmenait vers Tolède et finalement, à plus de 650 kilomètres, vers Lisbonne.
 

itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-barrage

#2 Introduction au "court-circuitage" de barrages

Je savais dès le début que le fleuve Tage avait beaucoup de barrages. Le premier (en fait un petit barrage) est apparu au bout de 20 minutes après avoir commencé à pagayer. Et au fur et à mesure que j'en rencontrais, j'en apprennais davantage sur comment les contourner. J'apprennais par exemple que la plupart des petits barrages avaient des marches de l'autre côté. Donc il était possible de pagayer jusqu'au bord, et sortir du kayak et descendre à pied. Cela évitait le temps et l'effort de portage en faisant le tour ! Malheureusement, cela nécessitait d'être du bon côté... À Emblase de Valcañas, après 8 jours à pagayer, j'ai été confronté au premier grand barrage hydroélectrique. Après plusieurs heures, j'ai trouvé un ancien chemin probablement datant de la construction du barrage. La descente était raide, instable et inconfortable.  Le long des barrages, les réservoirs (d'énormes lacs artificiels pour le stockage de l'eau) et de longues portions du fleuve avaient des vents contraires forts et les réservoirs étaient comme de la plein mer mais sans pouvoir profiter de la dynamique des vagues.  Il y avait quelques portions qui étaient assez monotones, sans point de repère pour s'orienter et des méandres du fleuve qui fusionnaient ensemble. J'ai commencé à faire des puzzles mathématiques dans ma tête pour faire passer le temps. N'étant pas un génie de la mathématique, c'était une bonne manière de faire passer le temps au cours des portions monotones. 
 

#3 Parc National de Monfragüe

itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-tejo

Après 9 jours et 180 km à pagayer dur, je suis arrivé au Parc National de Monfragüe. Il était difficile de trouver de l'ombre dans la forte chaleur, alors je continuais à pagayer. Je transportais plein d'eau et de la protection solaire, mais il n'y avait pas de réseau dans le parc. Je me suis donc fié à l'instinct pour trouver le cap au milieu du fleuve pour ne pas perdre de temps dans la chaleur de la mi-journée à rentrer dans les multiples grandes criques. En plus, le parc a une population de vautours en pleine santé qui donnaient l'impression de me suivre toute la journée.

Les voyageurs arrivent généralement par la route. Mais lorsque que l'on se déplace à kayak, on voit tout d'un autre angle, en particulier parce que j'allais dans chaque village et ville pour m'approvisionner en venant de la rivière. J'ai par exemple croisé un sanglier et ses marcassins un matin qui prenaient un bain de boue. Ils ont été surpris par ma présence et j'étais plutôt content d'avoir quelques mètres de fleuve qui me séparaient de la laie protectrice. La plupart des endroits où je m'arrêtais n'étaient pas des destinations touristiques importantes. Donc c'étaient plutôt des expériences de voyages authentiques. J'ai pu ainsi rencontrer pleins de gens chaleureux et aimables qui s'intéressaient à moi et voulaient me parler.  Après plus de deux semaines, je suis arrivé au Parc International du Tejo. C'était le point de repère qui démarquait le passage de l'Espagne au Portugal. Pour quelques kilomètres, j'ai apprécié la nouveauté de faire du kayak dans des eaux internationales, passant du côté Espagnol vers le côté portugais. J'étais maintenant intimement à l'aise avec Dame Nature. Mon installation bâchée était devenue par tâtonnement anti-moustique, mais n'était cependant pas anti-araignée et j'ai découvert qu'en Espagne il existe des grandes araignées qui aiment se cacher dans le sac de couchage lorsque l'on dort. Je ne suis pas un fan des araignées, mais je devais reconnaître que je séjournais dans leur quartier, donc je ne pouvais pas trop me plaindre. 
 

itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-nuit

#4 Contre-attaque nocturne do Tejo

Mon ami Liam s'est joint à moi juste après la frontière portugaise lorsque el Tajo devient do Tejo. C'était un kayakiste débutant qui s'était entraîné de manière “extrêmement limitée”. Nous nous sommes soutenus l'un l'autre et avons poursuivi les distances cibles tout en faisant face à la chaleur, les chiens errants des fermiers, et le vol d'une partie de notre équipement par de jeunes gitans.  Nous étions à quelques jours de l'arrivée de la Tour de Belem quand nous nous sommes réveillés dans notre terrain de campement, qui quelques heures auparavant se trouvait à 2 mètres du fleuve, sous les eaux. Encore pire, les kayaks avaient disparu ! Grâce à un ami au club de kayak local que nous avions rencontré le jour précédent, nous avons obtenu l'aide des pompiers locaux. Par miracle, nous avons retrouvé les deux kayaks à différents endroits à plusieurs kilomètres en aval du fleuve. On a ressenti à ce moment-là que la chance était de notre côté et que nous finirions quoi qu'il arrive.  
 

itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-port

#5 Le grand port industriel de Lisbonne

La faune et la flore commençèrent à se transformer en un environnement industriel et urbain alors que nous nous rapprochions de notre destination de Lisbonne. Trouver des endroits pour se reposer et camper devenait de plus en plus difficile. Nous avons dû infiltrer un port de plaisance et discrètement camper partout où il y avait un endroit convenable les derniers jours, tout en vivant une drôle d'existence mêlant la rivière le jour et la ville la nuit. Lisbonne est un port international et nous étions en train d'en faire l'expérience en personne. Le fleuve était blindé 24h/24, 7j/7 avec des bateaux, des yachts, des chalutiers, des catamarans et de gigantesques navires cargos. Donc la dernière portion jusqu'à la Tour de Belem nécessita quelques qualités de navigation pour éviter tout désastre si près de l'arrivée.  Mais nous avons réussi bien sûr. Fatigués, mais fous de joie, nous sommes parti à la recherche d'une auberge de jeunesse et avons commencé à nous réadapter à la vie terrestre. Apparemment, le kayak 2 places d'Itiwit est conçu pour des balades à la journée. Mais il a été une bête de somme fiable, un outil d'aventure robuste et sur l'environnement changeant du fleuve, c'était un second chez-soi. Et puis, c'est tellement facile à voyager avec....

Et vous, qu'allez-vous faire avec votre kayak gonflable Itiwit?
 

itiwit-tagus-rivière-kayak-gonflable-lisbonne-équipe

DÉCOUVREZ DES AVENTURES EN SUP OU KAYAKS GONFLABLES ITIWIT

supsequana
DESCENTE DE LA SEINE EN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Stéphane Nedelec, aventurier qui a déjà traversé l'Océan Atlantique à la rame, s'est attaqué à un nouveau défi :  descendre la Seine sur 500 kilomètres en stand up paddle en autonomie totale et en ramassant les déchets. Il raconte cette aventure nautique exigeante mais passionnante.

itiwit-mekong-kayak-strenfit-x500
LE MÉKONG EN KAYAK GONFLABLE STRENFIT X500

Guillaume, Jean-Charles & Benoit de l'association "des rustines & des ailes" ont descendu le fleuve Mékong sur 300 kilomètres en randonnée kayak & bivouac pendant 12 jours avec le kayak gonflable Strenfit x500, ils racontent comment ils ont vécu leur rêve d'enfants.

alexandre_di350-sup-gonflable-14-race-itiwit
350 KILOMÈTRES SUR LA DORDOGNE EN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Alexandre a vécu une aventure extraordinaire lors de la dernière édition de la Dordogne Intégrale sur 350 kilomètres d'Argentat à Blaye pendant 3 jours.

itiwit-x500-colorado-eric-deguil
LE COLORADO EN KAYAK GONFLABLE STRENFIT X500

Eric Deguil champion du monde de kayak freeride a descendu le mythique fleuve du Colorado avec un kayak gonflable Itiwit Strenfit X500, voici le récit de cette aventure hors du commun.

HAUT DE PAGE