220 kms en 31 heures en stand up paddle race gonflable

Alexandre a participé au "Sup 11 City Tour" de Hollande et a parcouru 220 kilomètres en 31 heures sur un stand up paddle Itiwit 14' race gonflable.

race stand up paddle hollande

"Historiquement nageur puis triathlète, j’ai pu tester au fil des années de nombreux sports nautiques comme le kitesurf et le surf. J’ai découvert le stand up paddle de race en 2013 lors de «la route du ch’ti», une course en relais organisée sur un lac dans le nord de la France. En 2015, l’envie d’accomplir un challenge m’a poussé à m’inscrire à la fameuse course  «11 city tour» de Hollande. A l’époque j’avais pris le départ sur le format "5 jours" et sans réellement avoir suivi une préparation. J’avais réussi à boucler avec difficulté les 200 km de canaux.  

Suite à cet événement, j’ai commencé à gagner petit à petit en régularité et c’est réellement en 2017 que j’ai considéré le stand up paddle comme mon sport majeur. Lorsque j'ai appris que l'équipe Itiwit allait faire la Dordogne intégrale, j’ai foncé ! J’ai acheté ma planche, une 12'6x26 gonflable Explorace Itiwit, j’ai contacté mon frère qui est entraîneur de triathlon et je lui ai dit de me faire un plan d’entrainement pour une course de 130 kilomètres.  

2 "Dordogne Intégrale" plus tard et un gros paquet de kilomètres au compteur, il me fallait un nouveau challenge. C’est ainsi que je me suis inscrit à nouveau au  «11 City tour », cette fois-ci en NON STOP." 

sup city tour course

La préparation physique

"Avant de s’inscrire à ce type de course, il faut prendre un certain temps de réflexion et se poser les bonnes questions car une fois inscrit, le plus gros du travail commence.

J’ai de nouveau sollicité mon frère afin d’avoir un plan d’entrainement spécifique sur 3 mois (environ 6 à 12 heures d’entrainement par semaine).

J’ai suivi rigoureusement le plan d’entrainement qui varie les sorties en stand up paddle, le renforcement musculaire, le vélo, la course à pied et la natation. C'est hyper important de varier les sports ou les séances autant pour le corps que pour l'esprit.

L'expérience apportée par mes 2 participations à la "Dordogne Intégrale" est fondamentale car je sais que je suis capable de ramer 12 heures d'affilée à un rythme soutenu sur 130 kilomètres. Il va juste falloir en enchaîner 2...

Je m'entraîne avec le sup gonflable Itiwit 12'6x26 que je connais bien mais je suis impatient de retrouver le prototype du sup gonflable Race 14'x25 que j'ai eu la chance de tester lors d'un passage à Hendaye au Centre de Conception d'Itiwit. Le 14' est en train de devenir le standard de toutes les courses de paddles, courtes et longues distances car c'est plus rapide et plus directionnel."

sup de race gonflable
materiel SUP race

Le matériel

"L’avant-course est hyper important sur ce type d’épreuve. La préparation doit être minutieuse et rien n’est à négliger.

J’ai eu la chance d’être accompagné par Pierre, un ami et collègue du magasin de Decathlon Hautmont où je travaille. Il pratique le Trail et connait ce type d’effort. Ça m’aidera bien car il me suivra sur toute la course pour me ravitailler. Je vais bien sûr privilégier les produits des marques Decathlon. J'ai toute confiance en eux pour les utiliser depuis longtemps : les produits Aptonia pour la partie nutrition, 4 tenues Kalenji Running pour parer toutes les conditions météo, la lampe de VTT Rockrider sur un support bricolé pour la partie de nuit Et pour le matériel de stand up paddel, la super pagaie Itiwit 900 carbone et le prototype de sup Race gonflable 14'x25 prêté par Itiwit."

Avant la course

"Le départ se fait en 4 vagues. Je serai dans l’avant-dernière, celle de 10h30.

Le temps maximum pour rallier l’arrivée est de 34 heures. Je pars avec l’objectif de terminer. Nous sommes 20 au départ dont 3 français.

Nous allons parcourir les jolis canaux d'Amsterdam en paddle, un privilège quand on y pense.

Je suis le seul avec une planche gonflable et l’organisation m’a même demandé si j’allais vraiment faire la course en gonflable. Ils pouvaient me prêter une planche rigide si je le voulais.

Ça me donne encore plus envie de terminer cette course pour leur prouver qu'un stand up paddle de course gonflable peut rivaliser…"

sup city tour préparation
course sup city tour

La course

"J’ai vécu la course en deux phases complètement différentes. La première partie fut un réel plaisir. J’avance rapidement, j’ai un bon rythme, de bonnes sensations, je remonte même des personnes ayant pris le départ à 9 heures. Je m’arrête environ 5 minutes tous les 40 km afin de faire l’appoint d’eau et de nourriture. Au check-point des 100 km, je pointe en moins de 14 heures. Je suis plutôt confiant.~La deuxième partie de la course fut beaucoup plus compliquée. J’entame la nuit avec beaucoup de sérénité mais très vite, je sens la fatigue s’installer. Vers 2 heures du matin, à plusieurs reprise, je manque de tomber car je m’assoupis. J’oublie de m’alimenter et de boire. Tout ça me fait perdre ma lucidité, et au lieu de m’arrêter pour dormir, je continue pour ne pas perdre de temps. Au final, vers 7 heures, lorsque j’aperçois Pierre, je m’écroule sur le ponton pour une courte sieste. Au réveil, il me reste 70 km. Je suis en fringale et je ne le sais pas encore mais il y a une section de 40 km vent de face. Mon état se dégrade petit à petit. Je n’ai plus aucune force, je commence même à penser à abandonner, mais dans ce type d’effort la tête peut jouer un rôle décisif. J’atteindrai finalement non sans mal la ligne d’arrivée en 31h25.~Je suis heureux d’être allé au bout et j’ai beaucoup appris grâce à cette épreuve. Au classement final, je termine en 8ème position sur 12 finishers… mais le classement n’a que très peu d’importance tant le challenge est énorme !"

Alexandre "pas peu fier d'avoir fini la course"

DÉCOUVREZ D'AUTRES AVENTURES NAUTIQUES