FR
FR

voyage À venise en stand up paddle

Jean-Baptiste et Emmanuelle nous partagent leur récit de voyage à Venise. Conseils et recommandations de balades en sup à découvrir dans cet article !

Voyage à Venise

Notre rêve : découvrir autrement Venise et sa lagune
Emmanuelle et moi voulons certes glisser sur les canaux de la ville mythique, mais aussi et surtout réaliser de vraies sessions SUP dans la nature de la lagune, ramer d’une île à l’autre, s’arrêter, visiter, en toute liberté. 
Avec juste un zeste d’audace, un brin de folie, pour vivre la dolce vita !

accessibilitÉ et logement

"Zéro voiture ici, on vient bien sûr avec son sac de planche gonflable. Quoique, si vous ne voulez pas quitter votre doudou rigide, c’est possible de partir du continent, mais c’est plus loin, moins accessible.
La gonflable permet de prendre le vaporetto, aller où vous voulez, sac sur le dos. On trouve toujours un ponton, un escalier, un quai ou une berge pour la mise à l’eau.
Le sac passe dans l’avion comme dans le train de nuit. La pagaie trois parties aussi, en cabine.

Pour le logement, on teste trois adresses différentes : notre petite maison de couleur près du quai dans l’île de Burano, une chambre dans le quartier vivant de Canareggio à Venise, enfin la pension la pension “Il latto Azzuro” de l’île de Sant Erasmo. Partout, on peut laisser nos planches la nuit sans les dégonfler. L’eau est toujours très proche."

Voyage en stand up paddle à Venise

matÉriel

Moi qui aime me retourner, prendre des photos, je suis parfois en inconfort. Je n’aime pas les vagues de côté, rares sur la Marne ou la Deûle ! D’où notre session homérique d’entraînement à Wimereux. Mais ces planches sont géniales, réagissent bien mieux pour croiser les bateaux ou surfer, vague dans le dos.  On s’amuse ! Peut-être l’idéal à Venise serait la nouvelle Race un brin plus large, la 14’x27.  Si ces planches gonflables sont “de Race” elles ont gardé l’avantage de pouvoir fixer sa pompe, son sac, une bouteille d’eau, un sac étanche."
Côté bateaux: pas de souci. Dans la lagune sauvage, ils ralentissent pour vous. Dans Venise, pas toujours. Dans un chenal à fort trafic, faut pas rêver..

Plusieurs d’entre vous nous ont demandé pourquoi avoir choisi deux planches de Race, la 14’ x 25 et la 12,6’ x 26 ? 
La réponse est simple : pour avancer !  Et mieux passer les vagues des bateaux, le clapot et résister au vent.
Moi qui aime me retourner, prendre des photos, je suis parfois en inconfort. Je n’aime pas les vagues de côté, rares sur la Marne ou la Deûle ! D’où notre session homérique d’entraînement à Wimereux. Mais ces planches sont géniales, réagissent bien mieux pour croiser les bateaux ou surfer, vague dans le dos.  On s’amuse ! Peut-être l’idéal à Venise serait la nouvelle Race, un brin plus large, la 14’x27.  Si ces planches gonflables sont “de Race” elles ont gardé l’avantage de pouvoir fixer sa pompe, son sac, une bouteille d’eau, un sac étanche."

rÉglementation

"Attention, la réglementation peut changer d’une année à l’autre, et on croise les doigts pour que Venise ne voie jamais des pratiquants « de baignade » avec enfant sur la planche par exemple, ou des groupes. Le risque est de voir notre sport devenir interdit.
Voici la carte de 2018, mais la légende a changé depuis 2019 : retenez, en gros, que vous pouvez ramer dans Venise le dimanche, le samedi à partir de 15 h et chaque jour de semaine après 17h, sauf sur les canaux rouges et violets, là où sont les transports publics et le gros trafic. Ça nous va bien, la belle lumière est de 17h à 21h."

Voyage en stand up paddle à Venise
Voyage en stand up paddle à Venise

venise sans moteur

"Petit fils de charbonnier qui livrait à la rame, Stefano nous enseigne le mouvement magique du gondolier. Sa très chouette association “Venice on board” réhabilite les embarcations traditionnelles (rame et voile) et fustige les moteurs bruyants, polluants, destructeurs des berges. Autrefois à Venise comme dans la lagune et ses hauts fonds, il fallait bigrement surveiller la direction : on ramait donc en avant et debout, dans la direction du bateau, nécessairement à fond plat. Le secret d’un bon rameur ? Selon Stefano, c’est la lenteur du geste. 

Notre tuyau n° 1 à ne pas répéter à vos amis :
Prenez pour base l’île de Burano, belle, tranquille, point de départ de vraies excursions nature et histoire, là où vivent les oiseaux et où vous pourrez vous baigner. On a même rencontré un hippocampe !  De là vous pourrez, si vous êtes sportif, vous rendre à Venise, mais aussi utiliser les vaporetti pour tout ou partie du trajet."

Trois exemples de balades de rêve

Un Spritz à l'Arsenal dans la lumière du soir :
Dans Venise, pour le respect des règles, il faut se mettre en route après 17h00. C'est idéal lorsqu'on part de Canareggio pour se rendre à l'Arsenal. Attention à la traversée des Canaux de Noal et Dei Gesuiti, à trafic fort. Passez à côté de l'église Santa Maria Dei Miracoli, magnifique église de marbre blanc puis près de la gondole de la librairie Acqua Alta. Lorsqu'on croise une gondole (ou une autre embarcation traditionnelle à rame), il faut rester à gauche. Enfin en fonction de la hauteur de la marée, le passage sous l'escalier en marbre de la porte de l'Arsenal se fera à genou ou couché. Poser sa planche entre le pont et l'arbre, sur l'esplanade, non loin d'un grand café bar restaurant, au calme avec des tables en terrasse. Parfait pour ce Spritz tant attendu. Retour par le même chemin sauf si vous repliez votre planche et allez prendre le vaporetto à l'arrêt Arsenale, au bout du canal sur la riva Ca' di Dio.

Entre Lido et Giudecca, le défi des 6 îles
Pour tâter une partie de la lagune qui ressemble à la mer, il est possible en partant de la Giudecca de faire une boucle reliant les iles de San Servolo, San Lazzaro degli Armeni, Lazaretto Vecchio, Santo Spirito, San Clemente et la Grazia. L'arrêt de vaporetto idéal pour ça est Zitelle, desservi par les lignes 2 et 4.1. Il faut se rendre ensuite sur la rive sud de la Giudecca, il y a un ponton au bout de la Calle Michel Angelo. Vecchio, Santo Spirito et La Grazia sont maintenant des iles désertes. San Clemente abrite un hotel 5 étoiles tout comme Sacca Sessola qui peut être ajoutée à la sortie car très proche. Les plus témeraires ajouteront l'île de Poveglia, désertée également, au sud de Santo Spirito. Il est possible de faire ce trajet en partant du Lido, nous n'avons pas essayé. En tout cas, il y a des vagues, parfois du vent qui change de sens à mi-journée.

Lagune et culture, un tour au nord de Torcello
Nous logeons à Burano, excellent point de départ pour une virée dans la lagune nord, avec les barene et les oiseaux. Vous pouvez également faire ce trajet en prenant le vaporetto ligne 12 à Fondamente Nove ou à Murano en fonction de l'endroit ou vous logez. Descendre à Burano (option : un petit tour dans les canaux de cette île aux maisons colorées).
Pour rejoindre Torcello, nous faisons un trajet dans un grand chenal, parfois un peu autoroute... Et nous prenons le premier canal à droite puis, à l'embranchement à droite encore. C'est un canal calme, peu utilisé qui se promène entre les cultures et vous emmène derrière la Basilique. Vous continuez jusqu'à un canal beaucoup plus large prenez à gauche. Il y a des pontons pour les bateaux mais ils ne sont accessibles aux paddles qu'à marée haute. Nous continuons pour trouver l'entrée d'un autre canal qui nous ramène à l'intérieur.
Nous quittons Torcello en repartant par où nous sommes arrivés. A droite au grand chenal et c'est parti pour une grande virée dans la nature. Direction Sant'Ariano, La Cura, et une remontée à la limite des terres intérieures. C'est très calme. Une belle boucle qui sur le retour nous réserve de belles surprises : des ibis sacrés et dans le canal très calme et bucolique de l'autre côté de Torcello, un hippocampe !
Si vous en avez, munissez-vous de jumelles !
Si vous devez retourner à Venise ou Murano vous pouvez reprendre le vaporetto à Torcello(attention aux horaires dans ce cas) ou à Burano.