"J'AI TRAVERSÉ LA FRANCE SUR UN STAND-UP PADDLE GONFLABLE"

Claude, 55 ans, pratiquant de Stand-up paddle depuis plusieurs années dans le Nord a eu un rêve fou :  être le premier à traverser la France du nord au sud sur un stand-up paddle ! La rencontre avec Itiwit a eu lieu lors de la Coupe de France de Paddle à Joinville le Pont mi-mai. "Le choix du matériel Itiwit s’est fait naturellement dans la gamme de planches gonflables dont une 12'6 x 32 Explorace robuste, stable, dotée d'une bonne glisse, adaptée pour l'aventure grâce aux attaches avant et arrière pour les sacs." Après un test sur la Marne, Claude est revenu enchanté....Équipé par Itiwit (planche, pagaie 50% carbone, sacs étanches), il a pu se lancer concrètement dans son projet fou...sans savoir à l'époque s'il allait obtenir les autorisations pour naviguer en stand-up paddle sur le réseau fluvial français sur plus de 1000 kilomètres...
claude-avant-son-depart

 

avant-le-depart

La préparation physique

"Mon objectif a toujours été de maintenir une bonne condition physique par un entrainement régulier toute l’année. J'ai donc multiplié les balades entre amis avec quelques sorties sympathiques (Gand, Douai, Tournai, L’Escaut, la baie de l’Authie, la Lys etc…). Mais aussi beaucoup de compétitions, pour me surpasser :
- Lille paddle race (course de 10 kms sur la Deule) 
- Nautic Sup Paris (course sur la Seine à Paris,10 kms)
- Glagla race (course au mois de janvier sur le lac d’annecy, 13 kms)
- 8 de Poissy (course sur la seine au mois d’octobre 13 kms)
- Coupe de France à Joinville le Pont 12 kms
- Raid des canaux, distance 52 kms en 2 jours (départ Air sur la Lys, arrivée Comine Warneton Belgique)
- Etretat Paddle Beach
- 3 heures du Tuamotu à Dunkerque (course solo ou en équipe de 3 heures)
- Route du Ch’ti, lac d’Armentières (course solo ou en équipe de 4 heures)

Grâce à tout ça, j'estime être apte à tenir un rythme de 30-35 kms par jour pendant un mois pour atteindre le Grau du Roi....En parrallèle de tout ça, je n'ai pas fait de préparation spécifique en salle."

depart-du-periple

Le but du voyage et le programme

"La France possède un réseau de voies navigables incroyable. Je souhaite utiliser ces voies navigables et relever le défi de traverser la France à la force des bras debout sur ma planche.  Mes objectifs sont avant tout le plaisir de ramerglisser sur l’eau, aller où l’eau me porte, vivre au jour le jour, prendre le temps pour la contemplation, être capable de surmonter la solitude, l’effort physique, la peur, mais aussi de vivre des moments de pur bonheur. Et aussi rencontrer au fil de l’eau, j’en suis sûr, des gens formidables."

Départ  le 22 juillet 2017 de Lille du canal de la Deule et plus précisément du siège du «Grand huit», club de stand-up paddle qui a fait naître une véritable passion pour ce sport.

Arrivée  le 25 Août 2017 au Grau du roi (Méditerranée) soit environ 1100 kilomètres à la force des bras debout sur ma planche avec un bon paquet d'écluses à franchir.

Où dormir ? Le bivouac au bord de l’eau, trouver un endroit propice après une journée à ramer et se poser pour une nuit

Se restaurer ? Je prévois du lyophilisé, mais je vais craquer quelques fois pour des petits restos ou guinguettes que je croiserai le long de mon chemin.

Trouver de l’eau ? Se ravitailler en eau potable, probablement aux écluses sinon dans les épiceries de village le long des canaux ou chez l’habitant.
 

depart-de-lille

Les 6 premiers jours : les ennuis commencent...

22 juillet : première journée riche en émotions, le départ du Corfou, la famille, les amis, collègues et copains du Grand Huit étaient là, même France 3. Merci à Hanta, Yves Damien, Lylou et Marie de m’avoir accompagné pendant les premiers kilomètres et Marie qui est restée à mes cotés toute la journée. Passage de la première écluse «écluse de Don». Pause au camping d’Arleux avec Nico, Cindy, Nath, Marie et JB, super soirée.

23 juillet : départ d’Arleux, solo, arrivée le soir à Hermies, pas mal d’écluse à passer, du vent de face et un courant contraire, la pluie. J'ai dormi sous un pont.

24 juillet : j'ai dormi à Voyennes dans un camping sur le canal de la Somme

25 juillet : je suis sur le canal de la Somme à Ham, J’ai pris du retard ce matin. Quelques obstacles naturels en plus des écluses et merci à Johan qui m’a bien aidé au passage d’une écluse. Fin de la quatrième journée, je suis sorti de l’eau à 20h, j’ai passé Fargniers, Je vais chercher un petit coin pour cette nuit, c'est pas évident par ici. 

26 juillet : Bloqué depuis ce matin à l’écluse de Ternier par les Voies Navigables de France (VNF). Je suis en négociation pour obtenir les autorisations nécessaires, ça prends du temps. J’attends un coup de fil en espérant qu’il soit porteur d’une bonne nouvelle sinon l’aventure se termine ici.

28 juillet : je viens d’avoir le feu vert pour continuer mon aventure. J’ai commencé seulement à ramer à 15h et parcouru 14 km. Faudra faire mieux demain. Je suis maintenant sur le canal de l’Oise à l’Aisne. Je me suis arrêté pour la nuit près de l’écluse d’Abbecourt. Ce soir c’est dodo à la belle étoile sur la planche.

passage-tunnel-peniche

Ensuite c'est une histoire de tunnels....

29 juillet : après une bonne nuit étoilée, je remets la planche à l’eau direction Chavignon. J’ai posé pied à terre à l’écluse juste après Chavignon car je dois embarquer sur un bateau demain pour passer le tunnel (interdit en paddle).J’espère en avoir un assez tôt sinon je risque de perdre ma journée. Une chouette rencontre aussi avec Christian des VNF (comme quoi) qui m’a permis de prendre une douche et trouvé un endroit sympa pour la nuit sur le domaine VNF. J’ai même eu en cadeau un fanion pour mettre sur ma planche.

30 juillet : embarqué ce matin à 10h sur une péniche pour passer le tunnel.

31 juillet : départ ce matin de Berry au bac, je devrais arriver à Reims ce midi. Malheureusement après Reims, un autre tunnel à passer, je croise les doigts pour un bateau. Fin d’une bonne journée de rame 34 kms, j’ai passé Reims et je suis installé pour la nuit à l’écluse avant le prochain tunnel pour la pêche aux bateaux.

01 Août : une nuit passée sous les orages, un réveil matin humide, heureusement j’ai pu embarquer ce matin à bord du «Feeling» pour le passage du souterrain en compagnie de Pierre et Chantal. Arrivée à Chalon-en-Champagne.

2 Août : beaucoup d’humidité ce matin au réveil mais une nouvelle journée ensoleillée commence. Encore une belle journée agrémentée de belles rencontres ! Merci à Jean et Valérie pour leur hospitalité. Ce soir j’ai mis pied à terre à 20h à Orconte, un petit port de plaisance avec des douches, des sanitaires et une table pour manger, c’est royal !
 

journal-saint-dizier

Puis je fais la Une en passant à Saint Dizier et je passe sur France 3 Bourgogne...

03 Août : Arrivée à Chamouilley, un village en dessous de Saint Dizier. Petit port de plaisance sympa. Petite journée de rame 25 kms.

04 Août : ce matin j’ai eu droit à une pleine page dans le journal de la Haute Marne lors de mon passage à Saint Dizier. 

05 Août : arrivée le soir à 20h à la halte nautique de Froncles, mangé une assiette kebab, un délice !

06 Août  : journée de repos chez Dominique à Chaumont.

07 Août : j’ai franchi ce jour la très symbolique ligne de partage des eaux. En quittant à Cusey le sud Champagne et en entrant en Bourgogne, mon pote de toujours Marco m’a rejoint pour me tenir compagnie, the big foot !!!

08 Août : je suis arrivé à Auxonne, j’ai quitté le canal de Bourgogne pour entrer sur la Saône, le gabarit est impressionnant, ça me met en condition pour le Rhône. Des conditions difficiles pluie et vent de face.

09 Août : bonne navigation sur la Saône 34 kms au compteur, arrivée ce soir à Seurre,  Normalement demain j’atteins Châlon en Champagne. Pause pour la nuit au camping au bord de Saône. 

10 Août : je suis bien arrivé à Châlon en Champagne, une sympathique visite de l’équipe France 3 Bourgogne ce matin

arrivee-a-lyon

Premiers pépins physiques à mi-parcours...mais j'arrive à Lyon !

11 Août : arrivée ce soir au camping de Tournus après encore une bonne journée de rame dans des conditions parfois sportives aux croisements des porte-conteneurs.

12 Août : aujourd’hui repos forcé suite à une grosse douleur dans l’épaule droite genre tendinite. Impossible d’utiliser le bras droit, passage à la pharmacie, anti-inflammatoires et repos. J’espère reprendre demain.

13 Août : j’ai repris la navigation ce matin, cadence tranquille, l’épaule se remet doucement. Je suis arrivé tout de même à Mâcon . Une chouette rencontre à l’arrivée : le club de jet-ski de Mâcon, super accueil et apéro au bord de l’eau. Vraiment très sympa, la vie est belle !

14 Août : des conditions difficiles vent de face par rafales violentes, bref je n’avance pas. Sacrée journée, sortie de l’eau à 21h15 et j'ai passé Villefranche sur Saône. Objectif atteint j’ai trouvé un camping pour la nuit.

15 Août : parti ce matin avec des conditions similaires à hier c’est à dire vent de sud donc de face avec fortes rafales. Arrivée à Lyon en fin d’après-midi.

16 Août : repos à Lyon. 

17 Août : départ de Condrieu, je glisse sur le Rhône. Passage de l’écluse de Sablon, je joue maintenant dans la cour des grands.
 

marche-forcee

Dernière semaine d'effort...avec pas mal de surprises !

18 Août : j’ai du mettre pied à terre, impossible d’avancer avec le vent, je continue à pied (2 heures à marcher sous le soleil en tirant le chariot) le temps que le vent cesse en espérant arriver à Valence ce soir. Sortie de l’eau à 20h bien cassé de la journée . 

19 Août : journée épuisante, un vent du nord pour me pousser mais des rafales, de la houle, difficile parfois de rester debout. Un petit moment de détente après une rude journée à naviguer sur le Rhône avec Josy à Châteauneuf du Rhône.

20 Août : ça a sacrément soufflé aujourd’hui, J’ai du jouer de la pagaie pour éviter souvent l’échouage, plusieurs fois mis pied à terre, bref une journée très très physique mais je tiens le coup. J'ai dormi au camping de la colline au dessus de Bollène.

21 Août : ce soir Avignon, content d’être là, si tout va bien demain soir j’aurai quitté le Rhône pour du plus calme.

22 Août : retrouvailles cet après midi avec Marck le norvégien que j’avais croisé sur mon parcours. Il est parti de Norvège le 1 avril pour rejoindre Athènes en kayak solo, sacré mec. J’ai finalement quitté le Rhône pour retrouver demain des eaux plus calmes et une rencontre incroyable : Jean Marc et Catherine des amis du G8 venu à ma rencontre !

23 Août : merci à Didier qui m’a accueilli cette nuit au Mas de Turquat, je repars en pleine forme. Ce soir je suis à l’écluse Saint Gilles (la dernière écluse) je m’y suis arrêté pour la nuit, un grand merci à Gil l’éclusier qui m’a ouvert l’écluse.

arrivee

Enfin l'arrivée, j'ai réussi, je n'y crois pas, je l'ai fait, merci pour votre soutien !

24 Août : je suis parti tôt ce matin de l’écluse de Saint Gilles et me voilà arrivé à Aigues-Mortes. Je savoure l’instant, je suis à 2 heures de l’arrivée au Grau du Roi, je préfère continuer encore un peu l’aventure en restant ici et arriver demain en fin de matinée.
Ça a été une aventure extraordinaire ! j’ai rencontré des gens formidables, vous m’avez encouragé tous les jours, je vous dois énormément. J’ai réussi ce pari complètement fou de traverser la France par les canaux en ramant debout sur ma planche.

C’est absolument DINGUE !!!! 

En résumé :
1 150 kilomètres parcourus à la force des bras debout sur ma planche
- une cadence de 30 à 35 kilomètres par jour
8 heures de rame à répartir sur la journée à une allure moyenne de 4 km/h
- 210 écluses franchies
 

 

kaleidoscope
marche
solitude
France 3 Bourgogne
HAUT DE PAGE