ENTRAINEMENT POUR LA DORDOGNE INTÉGRALE, 130 KILOMÈTRES EN STAND-UP PADDLE

Anne Sophie, chef de produit Maillots de bain chez Tribord à Hendaye est une pratiquante régulière de SUP. Cette année, elle s'est lancée un défi incroyable : parcourir les 130 kilomètres de la course "Dordogne Intégrale"  alors qu'elle n'avait jamais ramé plus de 20 kilomètres.
dordogne-itiwit-decathlon

Cette course extrème réservée aux embarcations propulsées par une pagaie et la force humaine en est déjà à sa huitième édition. Elle relie 3 départements, la Corrèze, le Lot et la Dordogne. Elle permet aux meilleurs athlètes français et étrangers, ainsi qu’aux néophytes ou pratiquants peu confirmés, de se rencontrer, se confronter et se mesurer à un challenge nautique original et de haut-niveau. 350 athlètes et amateurs sont attendus pour partager ce grand moment sportif et convivial. Cette course de canoë-kayak et stand-up paddle « longue distance » est unique en France et demeure l’un des rares rendez-vous de ce type en Europe.

Anne-Sophie nous raconte toutes les étapes de sa préparation et de son entrainement pour cette incroyable aventure qu'elle va partager avec les équipes de la marque Itiwit.

preparation-a-la-dordogne-integrale

#1 La préparation de la Dordogne intégrale en SUP

"J’ai la chance de côtoyer des sportifs de tout horizon, dont certains sont devenus mes amis. Giuliana, mon amie brésilienne, est une nageuse incroyable ! Elle a traversé la Manche en relais et s’entraîne en mer sur de longues distances. C’est elle qui m’a déconseillée de m’entraîner en musique, « les entraînements doivent être difficiles » m’a t-elle dit. De ce côté, j’ai été servie (haha), dans un sens, j’ai bien suivi son précieux conseil. Guénolé, quant à lui, a couru les 100 kms de Millau ! Préparé à ce défi par un des meilleurs coachs mondiaux, il m’a donné un conseil essentiel, me forcer à boire toutes les 15 minutes. Stéphane, mon ami martiniquais, avec qui j’ai fait mes études, a participé aux JO de Turin ! Lui m’a fortement encouragée à poursuivre mes exercices de renforcement musculaire et reproduire les mouvements de rame à la maison, avec des élastiques, pour pouvoir m’entraîner tous les jours. 

Et puis, il y a Irwin, bien sûr, mon compagnon dans la vie et également partenaire d’entrainement, sa volonté de fer force mon admiration chaque jour ! Il tente, à chaque sortie de m’aider à améliorer ma technique de rame, ce qui est probablement l’axe de progrès le plus important dans ma pratique du stand up paddle !"

materiel-de-sup-pour-faire-130-kms

#2 Le matériel de SUP utilisé pour faire 130 kilomètres

Ma planche est un stand-up paddle gonflable ITIWIT Explorace, 12’6 de long et 29 de large. J’ai fait tous mes entraînements avec cette planche, elle me convient très bien. C’est un bon mix de nervosité et de confort. J’ai une pagaie fibre/carbone réglable ITIWIT légère et très stable dans l'eau et une autre démontable de secours avec moi, au cas où ! Je porte un gilet de flottabilité gonflable à la demande Wairgo hydra d’ITIWIT, équipé d’une poche à eau. Enfin pour la course, je compte démarrer en longjane néoprène 2mm TRIBORD, notamment pour passer les rapides présents lors des 30 premiers kilomètres, puis je pense que je me changerais à mi distance pour une tenue plus légère, legging et débardeur, et casquette pour me protéger du soleil !

sortie-longue-70-km

#3 Sortie de 70 kilomètres, une semi Dordogne Intégrale !

C’était la troisième et dernière sortie longue distance que je souhaitais réaliser dans le cadre de mon entrainement. 70 c’est un symbole ! C’est un peu le semi marathon de la Dordogne. 

Mais 70 ça ne s’improvise pas, il faut un minimum de logistique : déposer une voiture au point d’arrivée, prévoir suffisamment à boire et à manger, regarder les marées, le vent mais également le lever et coucher de soleil, car nous nous apprêtions à ramer au minimum 9 heures ! La veille, Irwin a préparé un plan d’entrainement en calculant notre vitesse estimative en fonction du courant et surtout du contre courant ! Ses calculs se sont avérés très précis et nous ont permis de nous préparer psychologiquement. Personnellement, je n’ai pas été déçue ! 11 heures de rame dont 4 à contre courant, un grand soleil, une traversée sous les ponts de Dax et de Bayonne, et enfin, une arrivée héroïque à la plage de la Barre à Anglet, la récompense !!! Après cet entrainement mémorable où je suis passée par des montagnes russes émotionnelles et physiques, dont je me souviendrai longtemps… et surtout lorsque je ramerai sur la Dordogne, le 27 mai prochain.

Remerciements

Un grand merci à Marine Labbé et son blog "notre planète bleue" qui nous a gentiment permis d'utiliser l'interview qu'elle avait faite d'Anne-Sophie pour écrire ce conseil. Nous ne manquerons pas de rajouter le vécu d'Anne-Sophie quand elle aura bouclé son défi de terminer en solo la Dordogne Intégrale 2017 le 27 mai prochain... .
HAUT DE PAGE