DESCENTE DU CANAL DE L'OURCQ EN STAND UP PADDLE TANDEM GONFLABLE

stephane-nedelec-descente-de-l-ourcq-en-stand-up-paddle-tandem-gonflables-15-itiwit

La paddle team de l’Ourcq  
J’ai des fourmis dans les jambes après ces quelques semaines de confinement. Cela fait longtemps que nous prévoyons ce périple familial sur le canal de l’Ourcq avec ma femme, et nos 3 enfants, Quentin (20 ans), Théo (17 ans) et Romane (15 ans). Un couple d’amis s’est joint à l’aventure : Agnès et Pascal. Sur un périple paddle de plusieurs jours, nous sommes 2 à avoir de l’expérience. Avec Quentin, nous avons descendu le Wouri, un fleuve sauvage au Cameroun. Quant à moi, j’ai également descendu la Seine en solo en mai 2019. Mais mes co-équipiers ont aussi le goût de l’aventure, donc pas d’inquiétude à avoir de ce côté-là.
A 7, il nous faut un nom d’équipe. Ce sera la « Paddle Team de l’Ourcq » !
Quelques jours auparavant, nous avons fait quelques tests de vitesse pour estimer la distance que nous pourrons parcourir en 3 jours. Nous décidons de partir sur une moyenne prudente de 22 km par jours. On ne pense pas pouvoir explorer le canal en entier, mais l’idée est avant tout de se faire plaisir en famille avec les amis.
 

#Jour 1 : Silly La Poterie – Départ et découverte du paddle en tandem

stephane-nedelec-descente-de-l-ourcq-en-stand-up-paddle-tandem-gonflables-15-itiwit-dains

Nous donnons nos premiers coups de pagaie depuis le port de Silly-la-Poterie, là où naît la canal. Romane et moi sur le tandem avons besoin d’un temps d’adaptation.
L’équipe d’Itiwit m’en avait vanté les mérites certes, mais je me demandais vraiment si cela serait adapté pour ce type de périple avec les portages à venir.
Romane monte devant, je me poste à l’arrière. Les marques sur le paddle nous permettent de trouver nos positions facilement. Nous avons tous les deux un peu d’appréhension, et c’est très prudemment que nous plongeons nos pagaies dans l’eau au début. Nos jambes sont tendues et nous attendons, d’un moment à l’autre, notre première chute… qui finalement ne viendra pas. Au bout de quelques minutes, nous devenons plus à l’aise.
Nous comprenons rapidement qu’il suffit d’y aller en douceur. Plus tard, quand nous passerons le paddle tandem à nos co-équipiers pour qu’ils le testent à leur tour, nous leur donnerons quelques conseils :
⦁    Ne pas faire de mouvements brusques (y compris les coups de pagaie dans l’eau)
⦁    Se parler lorsque l’un ou l’autre fait un mouvement pour se retourner, se baisser, …
⦁    Celui de devant doit informer celui de derrière des obstacles juste devant la planche, parce que de derrière, on ne les voit pas…

Mais contre toute attente, nous avons apprivoisé le paddle tandem en peu de temps. Il est finalement très stable et nous avançons à très bon rythme sans s’être entraîné avant. Bref, Romane et moi l’adoptons sans hésiter !
La Paddle Team de L’Ourcq avance bien. Les paysages sont verdoyants et nous plongent loin de notre quotidien. Bien que nous devions faire face à 4 écluses ce matin-là, notre rythme est supérieur aux estimations. C’est bon pour le moral des troupes.
Ça fait du bien de se retrouver en pleine nature. Tout le monde est heureux d’être là, à ne penser qu’à se faire plaisir … et à ramer aussi. Le bilan kilométrique de la journée est très positif : 28 km parcourus soit 6 de plus que prévus. 
Pour la soirée, nous trouvons un endroit idéal un peu après 18h, près du village d’Echampeu
 

stephane-nedelec-descente-de-l-ourcq-en-stand-up-paddle-tandem-gonflables-15-itiwit-incendie

#Jour 2 – Départ d’Echampeu

Tout le monde se réveille un peu fourbu après une journée de rame et la nuit sur le sol dur. Mais toute l’équipe est prête de repartir à l’assaut du canal. La journée est belle aussi. Il fait même très chaud. Nous naviguons au cœur de la campagne, au même rythme que la veille. Au bout d’une ligne droite, nous distinguons quelque chose qui bouge sur la rive. Ce sont deux biches qui nous observent de loin et qui se laissent approcher… un peu. Elles s’enfuient dès qu’elles nous jugent trop près.
Nous atteignons Meaux dans l’après-midi. A l’approche, nous apercevons une épaisse fumée noire qui s’élève dans le ciel. Au pont, nous sommes repoussés par la police qui nous intime l’ordre de faire demi-tour. Nous ramons quelques centaines de mètres et accostons. Nous remontons par la route pour comprendre ce qu’il se passe et combien de temps nous allons rester bloqués. Nous ne pouvons pas bivouaquer en pleine ville.

Deux policiers nous expliquent la situation. Un incendie s’est déclaré dans un entrepôt de meuble qui longe le canal. Les pompiers sont en train d’intervenir. Ni la route, ni le canal ne sont accessibles pour au moins … 3 ou 4 heures ! Nous n’avons pas d’autre choix que de faire un portage sur plusieurs kilomètres pour contourner la zone sinistrée.

Cette grosse journée nous a permis de faire de nouveau 28 km. Encore 6 de mieux que prévu. On a même eu le temps de faire tester le paddle double à de nouveaux binômes : Quentin avec Romane et Anne-So et Théo. Et tout le monde a apprécié.  

#Jour 3 – Départ de Meaux

stephane-nedelec-descente-de-l-ourcq-en-stand-up-paddle-tandem-gonflables-15-itiwit-synchro

Nous parvenons à Trilbardou en fin de matinée. Comme convenu la veille, les enfants doivent reprendre la voiture pour rentrer. Nous décidons de garder le paddle tandem, signe que nous l’avons nettement adopté. C’est Agnès et Pascal qui l’utiliseront pour l’après-midi. Et voilà leurs commentaires.
« Se laisser glisser sur l’eau pendant 4 jours et voir le paysage défiler au ralenti est déjà une sensation fabuleuse mais la partager en couple sur un paddle tandem a été un moment extraordinaire
Après une petite prise de repères, on ressent très vite une cohésion, une synchronisation et une efficacité qui renforcent le plaisir du moment d'autant que la planche est légère, stable et qu'elle file sur l'eau. Si nous devions faire une petite suggestion, ce serait de mettre un filet à l'arrière. 
Pour conclure, la paddle tandem se met à la portée de tous très facilement et offre un moment de partage unique ».
Comme le matin, les kilomètres défilent. A part quelques portages pour passer des écluses, nous avançons sans encombre aujourd’hui, comme les jours précédents. Après 3 jours sur nos paddles, nous continuons à apprécier cette balade sportive en pleine nature. Le calme de la campagne est vraiment apaisant et l’ambiance est comme le ciel : au beau fixe !
Comme nous nous rapprochons de Paris et sa banlieue, nous avons identifié sur la carte l’endroit le plus propice pour cette dernière nuit, juste après Claye-Souilly. Nous y parvenons en fin d’après-midi. Il nous restera 25 km à parcourir le lendemain.

 

stephane-nedelec-descente-de-l-ourcq-en-stand-up-paddle-tandem-gonflables-15-itiwit-la-villette

#Jour 4 -  Départ de Claye-Souilly

Le vent s’est levé et les nuages sont apparus. La bonne nouvelle est que nous aurons moins chaud aujourd’hui. La mauvaise est que nous allons devoir lutter contre le vent toute la journée. 
Les décors changent aussi. Les paysages sont de plus en plus urbains. Il y a aussi plus de promeneurs sur les berges. Ce matin, c’est Anne-So et moi qui avons pris le paddle en tandem. Pour avoir souvent ramé face au vent dans différents périples, je suis très content de ce choix. C’est quand même beaucoup plus facile d’avancer en ramant à 2 que tout seul ! Encore un bon point pour ce paddle en tandem.
Le commentaire d’Anne-so : « léger, très maniable. Il faut gérer l’équilibre au début et bien se coordonner avec son partenaire, mais les efforts sont vite récompensés car le rendement se fait tout de suite ressentir (plus de vitesse pour moins d’énergie déployée, moins de fatigue aussi si le vent est de face … Être 2 à ramer, ça change tout …). Les moments de partage sont plus nombreux car nous échangeons facilement en étant sur la même planche ».
L’animation sur les berges augmente au fur et à mesure que nous approchons de Paris, notamment dans le parc de la Villette.
Après 8 heures d’effort, nous atteignons enfin notre cible : le bassin de la Villette. Nous avons tous vécu une aventure digne de ce nom. Une vraie bouffée d’oxygène en pleine nature et le plaisir de réaliser ce périple en bonne compagnie. 

En se quittant, nous sommes d’accord : déjà prêt pour un prochain trip paddle … avec le paddle tandem !

La paddle team de l’Ourcq
 

DÉCOUVREZ D'AUTRES AVENTURES D'UTILISATEUR·TRICE·S

descente-du-nil-en-stand-up-paddle-gonflable-itiwit-12'6
 DESCENTE DU NIL EN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Jean Baptiste a descendu le Nil sur son stand up paddle gonflable Itiwit 12'6x29, il raconte son aventure magique sur l'eau en Egypte.

dordogne-integrale-350-itiwit-stand-up-paddle-gonflable-race-14-alex
350 KILOMÈTRES SUR LA DORDOGNE INTÉGRALE EN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Alexandre a vécu une aventure extraordinaire lors de la dernière édition de la Dordogne Intégrale sur 350 kilomètres d'Argentat à Blaye pendant 3 jours.

claude-dhont-traversee-de-la-france-en-stand-up-paddle-gonflable-itiwit-126
LA TRAVERSÉE DE LA FRANCE SUR UN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Claude, 55 ans, pratiquant de Stand-up paddle depuis plusieurs années a eu un rêve fou :  être le premier à traverser la France du Nord au Sud par les Voies Navigables de France avec sob sup gonflable Itiwit 12'6

casa-de-paddle-nautic-paris-seine
LA CASA DE PADDLE SUR LA SEINE A PARIS LORS DE LA NAUTIC PADDLE

La Nautic Crossing, course de stand up paddle sur la Seine à Paris avec une famille déguisée en "Casa de paddle

HAUT DE PAGE