VIVEZ LA NAUTIC PADDLE 2018, PLUS GRANDE COURSE DE STAND UP PADDLE DU MONDE AVEC FRÉDÉRIQUE, 50 ANS, DE MONTPELLIER

frederique-nautic-paddle-2018-depart

"Heureux élus avec François mon compagnon du tirage au sort en division Loisir pour la Nautic Paddle 2018, l’aventure commence pour nous. Nous allons avoir la chance de faire du stand up paddle sur la Seine à Paris lors de la plus grande course de sup du monde (800 participants).

Mais j'utilise une planche rigide et nous souhaitons monter à la capitale en train. On va avoir un problème de logistique. Je décide de contacter la marque Itiwit de Decathlon qui est basée à Hendaye, pour leur demander s'ils pourraient me prêter un paddle gonflable pour la course. En effet, François mon compagnon vient d'acquérir un Explo 12'6x29 Itiwit et semble très satisfait. Itiwit me propose d'utiliser un Explo 12'6x26 gonflable en échange du récit de nos aventures. Banco !

Nous commençons notre entrainement en Méditerranée, de Carnon à La Grande Motte, souvent sous un grand soleil avec une mer calme, parfois sous la pluie vent de face (ou pas!).

Côté habillement, nous suivons les conseils de Grégoire, le designer d'Itiwit qui a déjà fait 2 fois la Nautic et a partagé ses conseils sur le blog d'Itiwit.fr. Nous optons pour le longjohn avec coupe vent et t-shirt manches longues Wed’ze ainsi que bottillons de surf et mitaines, pour moi, et même équipement pour François.

"

frederique-nautic-paddle-2018-tgv

Le voyage jusqu'au Salon Nautique de Paris

Départ en TGV le samedi matin, sacs au dos bien chargés car en plus des paddles ils contiennent nos (maigres) effets personnels. Grand soleil, bonne humeur et un max d’enthousiasme, nous y sommes ! Facile de caser les paddles dans le train, en revanche dans le métro, ça se corse : déroutés en raison des gilets jaunes, nous marchons longuement et le poids des sacs se fait sentir. De petites roulettes eussent été les bienvenues pour alléger nos épaules endolories…

Arrivés au Salon Nautique dans la foulée, nous récupérons les dossards (jaunes !), les bracelets cronos, et préparons le matériel : gonflage et chargement des paddles dans les camions, puis briefing de course. Pour moi, le stress monte : beaucoup d’informations et de consignes de navigation à intégrer. A cela s’ajoute la crainte de tomber à l’eau, glagla !!! De plus, les conditions météo annoncées s’avèrent difficiles, vent de face de 15 à 25 nœuds, et peut-être pluie, super...Et le départ de la course reste incertain en raison des événements parisiens, l’autorisation étant du ressort de la préfecture.

Le jour J : des doutes à la joie !

frederique-nautic-paddle-2018-course

Réveil 05:45, mauvaise nuit et mal au dos. Aïe aïe aïe, je me pose même la question de faire la course...François me propose alors de me suivre sur tout le parcours, compte tenu du timing et du passage obligé d’un pont avant 09:30 qui disqualifie les compétiteurs retardataires.

Finalement décidée, je saute du lit et nous enfilons nos tenues de paddlistes direction le métro, après un petit café. L’option transport en commun nous semble la mieux adaptée car nous gagnons du temps de sommeil, par rapport à la navette proposée par l’organisation qui nous ferait retourner à Porte de Versailles pour 05:30 et retraverser Paris. Gros stress à la sortie de la station de métro Bibliothèque François Mitterrand : un peu à la bourre et vers où la Seine ??? On gère, et nous retrouvons la team dans les délais.

Quelle ambiance...Les choses s’accélèrent : les 800 paddles ont été déposés, et il nous faut retrouver les nôtres dans la nuit éclairée. Installation des ailerons et des leashs, puis mise à l’eau progressive de tout ce petit monde. Sacré spectacle cette concentration de paddles dont certains concourent en équipe et/ou déguisés ! Il faut se maintenir au niveau du pont de Tolbiac jusqu’au départ. Le plan d’eau est plutôt calme et j’arrive à me maintenir, avec coach François toujours à proximité.

C’est parti !

Il me faut ramer à fond sinon le vent de face m’empêche de progresser, et plusieurs fois je suis contrainte de me mettre à genoux pour pouvoir avancer. Quelques chutes à l’eau ne réussissent pas à me déconcentrer et je poursuis ma course, sous les encouragements des badauds postés sur les ponts. C’est vraiment réconfortant de les entendre ! A deux reprises, je me retrouve en difficulté sous un pont. Avec l'effet venturi et les remous conjugués, mon paddle a pris le sens opposé du trajet. Je stresse, je suis en train de perdre du temps et pas certaine d’avoir la force de me redresser. Mais si ! Me voilà repartie, toujours avec mon fidèle acolyte pour me soutenir. J’ai les cuisses tétanisées et la dernière ligne droite est douloureuse … Je pense à me relever in extremis pour passer la ligne d’arrivée avec le chrono qui indique 01:41mn. J’ai réussi !!!! HAPPY

 

frederique-nautic-paddle-2018-arrivee

A l'arrivée nous attendent les boissons chaudes, la famille et les amis

C’est le meilleur moment, tout s’est bien passé, j’ai vaincu mes craintes et même fait un bon chrono. Je suis heureuse de partager ça avec François et les autres. On commente nos mésaventures, nos difficultés. On est trop contents et on n’a pas eu froid !

On se change vite fait puis bus direction le Salon Nautique pour un moment de convivialité autour d’un brunch offert par l’organisation.

Le classement tombe le mercredi suivant sur internet : je suis 37ème/220 dans la catégorie "LOISIR Woman scratch", et François 201ème dans sa catégorie. Pour une première, c’est un succès. Merci Itiwit :-))"

Frédérique

DÉCOUVREZ DES AVENTURES EN SUP OU KAYAKS GONFLABLES ITIWIT

supsequana
DESCENTE DE LA SEINE EN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Stéphane Nedelec, aventurier qui a déjà traversé l'Océan Atlantique à la rame, s'est attaqué à un nouveau défi :  descendre la Seine sur 500 kilomètres en stand up paddle en autonomie totale et en ramassant les déchets. Il raconte cette aventure nautique exigeante mais passionnante.

itiwit-mekong-kayak-strenfit-x500
LE MÉKONG EN KAYAK GONFLABLE STRENFIT X500

Guillaume, Jean-Charles & Benoit de l'association "des rustines & des ailes" ont descendu le fleuve Mékong sur 300 kilomètres en randonnée kayak & bivouac pendant 12 jours avec le kayak gonflable Strenfit x500, ils racontent comment ils ont vécu leur rêve d'enfants.

alexandre_di350-sup-gonflable-14-race-itiwit
350 KILOMÈTRES SUR LA DORDOGNE EN STAND UP PADDLE GONFLABLE

Alexandre a vécu une aventure extraordinaire lors de la dernière édition de la Dordogne Intégrale sur 350 kilomètres d'Argentat à Blaye pendant 3 jours.

itiwit-x500-colorado-eric-deguil
LE COLORADO EN KAYAK GONFLABLE STRENFIT X500

Eric Deguil champion du monde de kayak freeride a descendu le mythique fleuve du Colorado avec un kayak gonflable Itiwit Strenfit X500, voici le récit de cette aventure hors du commun.

HAUT DE PAGE