FR
FR

À la découverte de Agiofaraggo !

Véronique nous raconte son séjour accompagnée de son stand up paddle compact en Crète. Préparez vos bagages, ça va vous donner envie !

Vers une nouvelle génération Paddle

Quoi de plus génial que de combiner randonnée, découverte de beaux paysages et SUP dans une baie aux couleurs turquoises ?

Cet été on a eu la chance de partir au soleil et de se dépayser un peu. On adore la Belgique! Je suis d’ailleurs méga fan des spots de SUP que mon petit Royaume a à nous offrir, mais on avait besoin de dépaysement et de soleil ! Alors, direction la Crète !

Chaque année, c’est un déchirement de partir sans ma planche quand je prends l’avion car je sais que j’aurai beaucoup moins l’occasion de faire des sorties en SUP. Je deviens alors tributaire des locations, si il y en a, et ça me limite beaucoup dans la découverte des eaux du pays visité.
Cette année, pour la première fois, j’ai pu prendre ma planche dans ma valise. Et quand je dis ça, je le dis littéralement. Mon Itiwit Compact est rentré DANS ma valise. J’y ai mis mes vêtements tout autour et enregistré mon sac de voyage tel quel à l’aéroport!

Ma planche est tellement petite que ça ne prend pas plus de la moitié de mon sac de voyage. Il y reste encore de l’espace pour rester coquette !
Me voilà donc en Crète prête à redécouvrir cette île. J’avais déjà visité “l’île des Dieux” il y a une quinzaine d'années mais cette fois-ci, ma planche me permet de la découvrir d’une toute autre façon.

Direction la plage d’Agiofarago, réputée pour être l’une des plus belles plages du sud de la Crète avec ses eaux cristallines et ses galets blancs.

Mais ce qui vaut ici vraiment la peine est l’arrivée à la plage. On y accède par la gorge du même nom. Agiofarago signifie Gorge Sainte. Ce nom vient du fait que jadis, des ermites vivaient dans ses roches. Il paraît que l’on y voit encore parfois des ermites prier sur la plage. Ouvrez l'œil !

Pour atteindre cette plage, il faut d'abord rouler jusqu’aux portes des gorges. Pour les amateurs de culture, le superbe monastère d’Odigitria est sur le chemin et il vaut la peine de s’y arrêter.

Après ce monastère, la route n’est plus asphaltée. L’aventure commence alors sur une route sinueuse et caillouteuse ! On peut s’arrêter sur un premier parking ou continuer plus loin jusqu’aux portes des gorges. En fonction du parking choisi, il faut compter 30 ou 50 minutes de marche jusqu’à l’eau.

Pour faire dans l’originalité, on s’est garé entre les deux parkings sur le bas-côté de la route. Quand on ne sait pas, on improvise ! Du coup on a marché 40 minutes, parfait petit échauffement.

Juste avant l’entrée dans la gorge, on trouve un petit food truck tout mignon qui sert des encas et des boissons fraîches. Dernier arrêt pour se rafraîchir!  On en profite pour manger un wrap falafel et boire un bon café frappé. Nous voilà au top pour nous mettre en route. Direction la côte !

A partir de cet endroit le trajet vers la plage est absolument magnifique ! Malgré la chaleur et les 3 km à parcourir, ma planche dans son sac de 7 kg reste super facile à transporter sans souffrir !

Sur le chemin, on est entouré de hautes parois verticales, d’oliviers et de petites grottes où vivaient les ermites. La vue est à couper le souffle ! Près de l’arrivée, on passe devant le monastère de Saint-Antoine, à moitié incrusté dans la montagne. Splendide !

Enfin, c’est l’arrivée tant attendue sur la plage, encadrée par deux beaux rochers suspendus.

De par sa position, la mer est calme même en cas de vent. Idéal pour le stand-up-paddle. La plage est sauvage, sans aucune infrastructure, ce que j’adore!

Dès qu’on est arrivé, j’ai directement gonflé ma planche pour explorer les environs. L’eau y est transparente et turquoise. Une jolie petite arche à l’ouest de la plage attire mon attention.

Je n’attends pas une seconde avant de gonfler ma planche pour partir à l’aventure.

Je pense être passée au moins 10 fois sous l’arche m’amusant avec le courant!

On a passé l’après-midi sur la plage, à bronzer, nager et surtout à SUPer ! La Compact est idéale pour prendre les petites vagues.

L’eau y est claire. Avec un masque et un tuba, on peut y admirer les fonds marins.

Le chemin du retour est tout aussi beau, avec les petites chèvres qui nous accompagnent sur la route. Je conseille cette petite escapade à tous les amoureux du SUP et de la nature !

Le reste du séjour, j’ai eu la chance de découvrir d’autres beaux endroits en stand-up paddle, d'accéder à des plages paradisiaques ou des petites îles isolées. Un dernier coup de cœur? Le lac de Kournas, une petite pépite pour les planchistes et amateurs de tortues.

Maintenant que j’ai ma planche Compact, je n’envisagerai plus de partir sans elle. Elle et moi sommes prêtes à découvrir les eaux du monde. Et toi, qu’attends-tu? Le monde s’offre à toi !